Publié par Laisser un commentaire

Une douceur en hiver… la courge butternut

Plus connu sous son nom anglosaxon, la courge butternut se nomme aussi la doubeurre en français, en référence à la douceur de son goût qui rappelle le beurre et la noisette.

En forme de poire, le butternut est beige et lisse à l’extérieur et orange à l’intérieur. L’épluchage peut parfois sembler difficile, l’astuce est de découper en petits morceaux avant d’éplucher ou encore passer la courge débarassée du pédoncule et piquée à la fourchette quelques minutes au micro-onde pour ramollir la chair.

Elle se déguste toute l’année et en particulier en automne et en hiver grâce à sa durée de conservation exceptionnelle (entre 6 et 12 mois dans un endroit sec et frais).

Idéal en potage, le butternut offre aussi une multitude de possibilités de cuisine en salé (rôti au four, en frites, risotto, cru en salade, etc) mais aussi en sucré (tartes).

Venez découvrir nos recettes au butternut BIO origine France pour faaire le plein de vitamines A cet hiver :

Publié par Laisser un commentaire

Nous et le sel de Guérande, une si grande histoire d’amour.

Il y a bien le sel de l’île de Ré, le sel de Camargue dont on peut reconnaître les qualités mais pour les habitants de notre région, rien ne vaudra jamais le sel de Guérande.

Quiconque a déjà goûté à la fleur de sel de Guérande admettra que ce n’est pas qu’un vulgaire condiment mais l’ingrédient subtil et délicat qui fait toute la différence dans l’assaisonnement d’un plat.

D’où vient ce goût si unique ? Peut-être de la manière singulière dont la fleur de sel est récoltée. Quelques rares soirs d’été, après les chaudes heures des journées les plus ensoleillées, le paludier cueille la fleur de sel cristallisée à la surface des œillets, avant qu’elle ne disparaisse dans la fraicheur de la nuit. Conditionnée dans son état naturel, cette fleur de sel n’a subi ni lavage, séchage, ou tamisage qui nuiraient à ses vertus originelles.

En résumé, une merveille que nous a offerte Mère Nature (oui, l’auteure de ces mots aime beaucoup le sel de Guérande 😍).

Et vous, combien aimez-vous le sel de Guérande ?

La fleur de sel de Guérande sur notre site : https://www.lepanierinspire.fr/produit/fleur-de-sel-de-guerande-igp-bretagne-1-30e-50g/

Le sel de Guérande moulu : https://www.lepanierinspire.fr/produit/sel-moulu-de-guerande-igp-bretagne-1-50e-250g/

Le gros sel de Guérande : https://www.lepanierinspire.fr/produit/gros-sel-de-guerande-igp-bretagne-1-05e-500g/

Fleur de sel de Guérande
Publié par Laisser un commentaire

Pourquoi choisir des produits d’entretien naturels en vrac ?

Le danger des détergents classiques pour l’environnement et pour la santé n’est plus un secret pour personne. Composés de substances chimiques souvent irritantes et corrosives, voire toxiques, ces produits d’entretien laissent des traces dans l’environnement et causent parfois des dégâts écologiques considérables dans nos eaux souterraines et nos terres.  

Des alternatives écologiques existent pourtant. Les produits naturels dits « de grand-mère » comme le vinaigre blanc, le bicarbonate de soude, le citron ou encore le savoir noir ont le vent en poupe. Ces ingrédients simples ont l’avantage d’être biodégradables et donc plus respectueux de l’environnement tout en démontrant une réelle efficacité nettoyante.

En achetant ces produits naturels en vrac conditionnés dans des contenants réutilisables, vous ferez un double geste écologique en évitant que les contenants plastiques ne se baladent partout dans la nature et contaminent nos eaux et terres de particules microplastiques qui peuvent ensuite se retrouver dans notre organisme.

Autre argument en faveur des produits naturels : la réduction de l’exposition aux perturbateurs endocriniens. Ces substances capables d’interférer avec notre système hormonal et pouvant entraîner des effets néfastes sur la santé (croissance, reproduction, système nerveux, etc) se retrouvent souvent dans les détergents classiques composés de multiples substances chimiques.   

Pour votre santé et pour l’environnement, faites le choix des produits d’entretien écologiques. Chez le Panier Inspiré, nous proposons une gamme en vrac fabriquée en France. Nous conditionnons les produits dans des contenants réutilisables que nous étiquetons suivant les normes sanitaires en vigueur.  N’hésitez pas à aller jeter un œil (cliquez ici).

Publié par Laisser un commentaire

La congélation de ses plats favoris

L’hiver est bien là et le choix de fruits et légumes de saison ne fait que réduire. Comment faire quand on a envie d’une bonne ratatouille faite maison sans avoir à acheter des courgettes et tomates qui viennent de l’autre bout de la planète? Une solution simple et pourtant souvent négligée : la congélation. Cette technique permet aussi d’éviter le gaspillage alimentaire quand on n’a pas le temps de consommer tel ou tel aliments.

Quels avantages ? Manger de bons aliments préparés maison, éviter le gaspillage alimentaire, manger des fruits et légumes à contre saison sans impact écologique majeur

Exemple de congélations : ratatouille, soupe, légumes hivernaux pour l’été et vice versa, fruits rouges entiers ou en coulis, viandes fraîches, etc

Règles sanitaires à suivre : comment bien congeler ses aliments ?

Attention au bon contenant : sacs de congélation ou boîtes plastiques

Températures : – 18 degré C

Consommer les aliments décongelés dans les 3 jours suivant la décongélation

Ne pas recongeler un plat déjà décongelé.

Légumes : être blanchie puis plongé dans de l’eau froide / durée de conservation : 8 à 10 mois

Fruits : 10 à 12 mois

Herbes aromatiques : 1 an

Viande : fraîche idéalement dégraissée – 6 à 12 mois

Plat maisons : 3 mois environ (laisser refroidir avant de congeler)

Publié par Laisser un commentaire

Pourquoi manger des fruits et légumes de saison ?

La question peut paraître simple mais lorsque je vois encore des étals de courgettes et de fraises dans les supermarchés en hiver, je me dis qu’il est important de rappeler quelques bases.

Tout d’abord, votre santé en sortira gagnante. Votre corps n’a pas besoin des mêmes apports nutritionnels en hiver qu’en été. Quand il fait froid et que la lumière manque, votre organisme a besoin de davantage de nutriments pour bien fonctionner. Et comme la nature est bien faite, les courges vous apporteront une bonne dose de protéines, les oranges et les carottes de la vitamines C et du magnésium et à cela s’ajoutent les choux, poireaux ou autres navets tous riches en minéraux. En revanche, en été, votre organisme aura plus besoin de s’hydrater. Cela tombe bien puisque les fruits et légumes estivaux comme les pastèques, tomates, courgettes et melons regorgent d’eau.

La santé d’accord mais n’oublions pas la qualité et l’environnement. Des fruits et légumes cueillis à maturité délivrent un meilleur goût. Pensez à cette tomate fraîche et juteuse dégustée sur un marché en plein mois d’août qui contraste avec les tomates fades et mousseuses que vous trouvez au supermarché en hiver. Il faut aussi rappeler que les cultures de saison ne demandent pas ou peu de pesticides ou produits de traitement contrairement à celles produites en serre l’hiver qui en plus nécessitent un important apport énergétique nuisible à l’environnement. On abîme moins nos terres et l’écosystème, la planète nous remerciera.

Autre argument écologique : réduire votre empreinte carbone. Le respect de la saisonnalité fera que vous n’aurez plus besoin de consommer des fruits et légumes importés de l’autre bout du monde, vous pourrez vous tourner vers les récoltes de votre région, ce qui réduira considérablement la distance de transport de marchandises entre le lieu de production et celui de vente.

D’un point de vue plus régional, vous contribuerez à soutenir les producteurs locaux et la filière des primeurs en France. Sur le long terme, cela permettra d’éviter l’uniformisation des variétés des fruits et légumes et donc des goûts en maintenant la diversité des productions. Je vous invite par ailleurs à redécouvrir les légumes oubliés qu’on ne trouve que périodiquement et parfois localement alors que c’est un bonheur gustatif.  

Je dois toutefois apporter un bémol. Il faut reconnaître que les fruits et légumes importés restent aujourd’hui souvent moins chers que ceux de nos régions et ce pour la bonne raison qu’avec les pesticides utilisés, les pertes agricoles sont moindres et les grands producteurs mondiaux font d’immenses économies d’échelle qui rendent toute concurrence difficile.  Selon mon humble avis, la différence de prix n’en vaut pas la chandelle. Pour votre santé, pour vos papilles et pour la planète, préférez toujours les fruits et légumes de saison et de préférence bio.

Publié par Un commentaire

Une cuisine végétarienne millénaire en Asie

Si vous avez déjà voyagé en Asie dans les pays majoritairement bouddhistes comme en Chine, au Japon, en Thaïlande ou au Vietnam, vous avez dû remarquer que l’offre de plats végétariens y est variée. Ces traditions culinaires végétariennes trouvent leurs racines dans le végétarisme bouddhique. La religion (ou plutôt philosophie de vie) bouddhiste n’interdit pas de manger de la viande mais elle est animée par le principe de non-violence par vénération de la vie qui se traduit chez un certain nombre de pratiquants par le choix de renoncer aux aliments carnés.

Ainsi, au fil des siècles, les moines et nonnes bouddhistes ont développé de nombreux mets végétariens pour leur propre consommation et les ont partagés à leurs fidèles qui se sont mis eux aussi à en créer. Il existe depuis longtemps des restaurants exclusivement végétariens qui parfois se trouvent dans les temples bouddhiques mêmes.

Au Japon, certains moines disciples du bouddhisme zen sont aussi des chefs renommés qui pratiquent ce qu’on appelle le Shojin Ryori qui signifie « Cuisine d’intense progrès ». Ils préparent des plats au goût subtil et raffiné toujours en respectant un régime sain et équilibré. Ils utilisent des ingrédients plus surprenants les uns que les autres que je vous invite à découvrir : champignon shitake, pousse de bambou, algue nori, algue hijiki, pâte de sésame, racine de lotus, graine de gingko, gingembre mariné, fungus et bien d’autres encore.

S’il devait ne rester qu’un aliment de base à toute cette cuisine végétarienne, ce serait sans hésiter le tofu. J’aimerais tellement pouvoir réhabiliter ce produit tant il a été malmené dans la cuisine occidentale. Non ce fromage de soja millénaire n’est pas insipide ! Au contraire, il est complexe et multiple. En France, on le connaît le plus souvent sous forme de tofu ferme mais je vous conseille d’essayer les autres types de tofu, vous ne serez pas déçu. En voici une liste non-exhaustive :

  • Tofu souple : fragile et fondant, vous le retrouvez notamment dans la soupe miso
  • Tofu frit : tofu ferme essoré puis mis à frire, se mange tel quel, à tremper dans de la sauce soja ou en plat sauté aux légumes
  • Tofu en chou : petite boule de tofu frit plus aérienne avec possibilité de farcir son cœur ou simplement de la déguster trempée dans une sauce
  • Tofu fermenté : mon préféré ! condiment au goût très prononcé se rapprochant d’un fromage bien fait, souvent mariné dans une sauce épicée lui donnant encore plus de caractère, à essayer en petite quantité car le goût est très très fort 
  • Bambou de tofu ou peau de tofu : feuille de tofu séchée qui dans une soupe redevient ferme, succulent dans une bonne fondue chinoise

La cuisine végétarienne en Asie n’est pensée seulement pour nourrir mais aussi pour faire plaisir gustativement. Ainsi, rien n’est négligé, que ce soit la texture, les saveurs ou la présentation. Les ingrédients du garde à manger sont innombrables allant des nouilles au riz en passant par la sauce soja, pour ne nommer que les basiques.

J’espère vous avoir donné envie de goûter à cette cuisine ô combien riche en goût et en histoire. J’ai volontairement omis de parler du végétarisme indien issu des cultures hindoue et sikh car je ne connais pas très bien cette région d’Asie et je veux éviter de vous raconter des bêtises. N’hésitez pas à m’envoyer des informations à ce sujet si vous en savez davantage.